Gilets jaunes : "La volonté d'empêcher de manifester a toujours été là"

La rédaction - - 50 commentaires


D'état d'urgence en loi anti-casseurs, de manifestations contre la loi Travail en samedi des Gilets jaunes, se répand le sentiment que la liberté de manifester, voire certaines libertés publiques, se restreignent en France d'année en année. Qu'en est-il exactement, et comment s'est fabriqué l'arsenal législatif en vigueur ? Questions posées à nos invités : Vanessa Codaccioni, historienne politiste, autrice de "Répression, l'Etat face aux contestations politiques" ; et Arié Alimi, avocat membre de la Ligue des droits de l'Homme.

"La volonté d'empêcher de manifester a toujours été là"

Dernière loi dans l'arsenal qui régit le droit de manifester : la loi "anti-casseurs", promulguée le 11 avril dernier (on vous en parlait ici). Parmi les articles controversés -article entretemps censuré par le Conseil constitutionnel : la possibilité pour les préfets de prononcer des interdictions de manifester. Subsistent d'autres articles problématiques : la possibilité d'effectuer des fouilles et contrôles d'identité aux abords des manifestations. "Ça n'existait pas avant, même si on le faisait quand même, c'est ce qu'on appelait les interpellations préventives", rappelle Arié Alimi. Un procédé "illégal", pour l'avocat, avant la loi "anti-casseurs". Le but ? Empêcher les Gilets jaun...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s