"On ne peut pas réduire la Ligue du Lol à du harcèlement"

La rédaction - - 224 commentaires


Les agressions reprochées à la Ligue du LOL sont-elles les dérapages solitaires de certains esprits pervers, ou bien peut-on tenter de les relier à une "culture du LOL", elle-même partie prenante d'une plus vaste culture du web ? Plongée dans la très lointaine période du début des années 2010, avec Jean-Marc Manach, journaliste spécialisé sur les questions de surveillance et de vie privée sur internet, ancien rédacteur en chef de l'émission Le Vinvinteur (France 5, 2012-2013) ; Rafik Djoumi, ancien rédacteur en chef du magazine Bits (Arte Creative, 2013-2018) ; et Florence Porcel, vulgarisatrice scientifique, l'une des premières à témoigner du harcèlement subi de la part de la "Ligue du Lol".

Twitter, "c'était la cour de récré"

On commence l'émission par le témoignage de Florence Porcel. En 2013, elle reçoit un coup de téléphone d'une personne se présentant comme Laurent Bon, producteur du Petit Journal, pour lui proposer du travail. Il s'agit en réalité de David Doucet, devenu entretemps rédacteur en chef du site des Inrocks aujourd'hui mis à pied et en procédure de licenciement. Plusieurs enquêtes (Mediapart,Rue89, Le Monde), ont détaillé depuis le management parfois brutal de Doucet, ainsi que de certains de ses collaborateurs ou supérieurs, envers des journalistes. Porcel revient aussi sur le harcèlement qu'elle a subi pendant des années. "J'avais peur pour mon intégrité physique" se souvient-elle, évoquant des "tw...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s