Décroissance ? "Oui, il faut arrêter Amazon !"

La rédaction - - Alternatives - 145 commentaires


Télécharger la video

Télécharger la version audio

Décroissance ou croissance verte ? Jusqu'alors synonyme pour les médias mainstream de retour à la lampe à huile, de misère voire de famine,  le mot est entré avec éclat dans le débat politique "légitime" à l'occasion de la primaire écologiste, où il était porté par la candidate Delphine Batho. Le débat sur l'urgence climatique semble installé, entre, d'une part, la décroissance et d'autre part ce qu'on appelle la croissance verte, ou durable, ou écoresponsable.  Débat économique, philosophique ou sémantique ? Nos invités : Vincent Liegey, ingénieur et auteur d'un ouvrage pédagogique sur la décroissance, qu'il appelle de ses vœux ; l'économiste David Cayla, des Économistes atterrés, auteur d'un texte très clair sur les avantages et les points aveugles des projets de décroissance et de croissance verte ; et l'économiste et membre d'EELV Sandrine Rousseau, arrivée deuxième à la primaire écologiste derrière Yannick Jadot, et présidente du conseil politique de la campagne de ce dernier. Voici trois extraits de notre émission. 

Décroissance contre collapsologie

"J'assume d'être pour la décroissance" a martelé Delphine Batho pendant la campagne de la primaire. Oui, le mot s'est imposé récemment grâce à la primaire écologiste, confirme Vincent Liegey. Il avait disparu "au début des années 2010 au profit de la collapsologie. La collapsologie a cet avantage de dépolitiser le débat, là où la décroissance fait le même constat que la collapsologie, mais y apporte un questionnement sur l'écoféminisme, sur le capitalisme." 

Amazon et la panique chez BFM Business

Sur BFM Business, alors que la primaire écologiste bat son plein en septembre, c'est un peu la panique : que veut Delphine Batho, la candidate à la primaire écologiste qui vante la décroissance ? "Est-ce que dans un monde qui se veut décroissant j'ai encore le droit d'aller sur Amazon acheter ce que je veux quand je veux?" se demande le journaliste Nicolas Doze. Daniel pose la question à Vincent Liegey, qui ne veut pas répondre par oui ou par non : il souhaite qu'une délibération démocratique tranche, à l'image de la Convention citoyenne. Rousseau, elle, n'y va pas par quatre chemins : "Oui, il faut arrêter Amazon !"

La technostructure décide de nos besoins

Et si les pénuries actuelles nous poussaient vers la décroissance ? La pénurie mondiale de semi-conducteurs (des puces électroniques) perturbe l'industrie automobile. Les journaux télévisés s'affolent : on vend désormais des voitures avec moins d'options, comme les poignées automatiques... "L'important c'est d'avoir de quoi se déplacer, c'est pas d'avoir la poignée qui sort toute seule !", dit Sandrine Rousseau. Pour l'économiste David Cayla, "personne n'a fait de pétitions pour demander des poignées qui s'ouvrent automatiquement ! [...] L'offre et la demande ça ne marche pas dans la réalité, on a une technostructure qui décide des besoins".

Pour aller plus loin 

- Le site de la Convention citoyenne pour le climat
- Le site de Vincent Liegey sur la décroissance
- Une interview de Delphine Batho dans Reporterre  : "La décroissance est le seul projet politique réellement alternatif"
-
Le blog de David Cayla


Lire sur arretsurimages.net.