Boycott de Zemmour par la pub : "La Maif a répondu en 22 heures"

La rédaction - - Publicité - 84 commentaires


Face aux médias qui font l'apologie du racisme, de la haine, de la discrimination, il est possible de manifester, de pétitionner, d'écrire au CSA, de jeter sa télévision à sa poubelle... On peut aussi tenter de frapper ces chaînes au portefeuille, notamment en faisant pression sur leurs annonceurs publicitaires. Comment ça marche, quelle efficacité, quelles limites ? Questions à nos deux invités : Elliot Lepers, militant ayant appelé CNews à ne pas engager Zemmour ; et "Rachel", une des fondatrices du mouvement Sleeping Giants, qui lutte contre le financement de la haine en ligne, qui apparaît masquée (par souci de protection de sa vie personnelle et pour ne pas personnaliser le mouvement).

Quand la télé n'est plus un "lieu sûr" pour placer ses pubs

Le 14 octobre dernier, Eric Zemmour arrive sur le plateau de CNews comme invité-chroniqueur-débatteur permanent. L'activiste Elliott Lepers annonce, avec d'autres, qu'il ne se rendra plus sur la chaîne. Les Sleeping Giants, eux, appellent les annonceurs à refuser la diffusion de leurs publicités avant et après l'émission de Zemmour (Prenant les devants, CNews a décidé de ne plus diffuser de pubs pendant l'émission). Un peu moins de trente annonceurs ont déjà annoncé qu'ils déplaçaient ou retiraient leurs spots. "Les annonceurs ont acheté ces créneaux publicitaires des mois auparavant", explique Rachel. Pourquoi les interpeller en public ? "Parce que c'est une question publique : via...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s