Antisémitisme : "On peut avoir un langage clair, sans pointer vers Rothschild !"

La rédaction - - 246 commentaires


Des cris de "sales Juifs" entendus, peut-être, dans une manifestation de Gilets jaunes, des tombes profanées, des tags de croix gammées, des statistiques d'actes antisémites en hausse, une agitation législative un peu confuse. Nous vivons depuis quelques semaines, sinon un moment antisémite, mais au moins un moment d'effervescence médiatico-politique autour de l'antisémitisme. Le "moment antisémite", c'est le titre du livre de notre invité, l'historien Pierre Birnbaum, qui revenait alors sur l'Affaire Dreyfus mais est plus largement spécialiste de l'antisémitisme aux 20ème et 21ème siècle.

La "jonction étonnante" de l'extrême droite et de dieudonné

Vit-on aujourd'hui un "moment antisémite" ? Revenons sur des séquences médiatisées des dernières semaines. A commencer par la violente prise à partie d'Alain Finkielkraut, insulté lors d'un rassemblement de Gilets jaunes (on vous en parlait ici). "On a là un incident grave et sérieux, mais qui ne caractérise pas je crois les Gilets jaunes", commente Pierre Birnbaum. "Alain Finkielkraut est exclu comme intellectuel, comme bourgeois, mais aussi potentiellement comme Juif - même si le mot n'est pas dit". Pour Birnbaum, "sale Juif" ou "sale race" - il y a débat pour savoir quelle insulte a été proférée - revient au même, rendant la controverse dérisoire. 

"La manifestation des Gilet...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s