Anciens et nouveaux monstres

Daniel Schneidermann - - Nouveaux medias - Le matinaute - 191 commentaires

Il faut lire notre récit de la candidature Coluche de 1981 pour mesurer comment, en quarante ans, nous avons changé d'univers. Il avait alors suffi au pouvoir giscardien d'appuyer sur un bouton, pour désactiver le clown. Un bouton, ou plutôt deux. Le bouton de l'audiovisuel aux ordres : un mot du pouvoir, et Coluche disparut de la télévision, de l'innocente Radio 7 à l'émission de Collaro. Un autre mot du pouvoir, et l'hebdomadaire L'Express se fit, dans un dossier de six pages, le réceptacle de ragots sur la jeunesse du bouffon, ragots collectés par une cellule spéciale des Renseignements Généraux, constituée pour l'occasion par le ministre de l'Intérieur Christian Bonnet en personne, lequel confessait vingt ans plus tard avoir eu envie de "taper" sur Coluche.

Sur quel bouton aurait bien pu appuyer ce matin le pouvoir, pour sauver le candidat LREM à la Mairie de Paris, Benjamin Griveaux ? Tout en faisant mine de se pincer le nez, le député non-inscrit, ex-LREM, Joachim Son-Forget a partagé dans l'après-midi d'hier, sur Twitter, des photos et vidéos sexuelles attribuées à Griveaux, et mises en ligne par "l'artiste" russe Piotr Pavlenski. Ledit Griveaux n'a d'abord pas réagi autrement qu'en annulant sa venue matinale à RTL, avant d'annoncer le retrait de sa candidature quelques instants plus tard. Son-Forget, exclu de LREM en 2018 pour cause de tweets sexistes à l'encontre de la sénatrice EELV Esther Benbassa, a par ailleurs annoncé sa candidature à la présidentielle, en invitant Alexandre Benalla à venir le rejoindre. Dans un portrait de Son-Forget, RTL m'apprend que Macron le considérerait comme "un mec proche du génie". Jugement non authentifié, aussi peu authentifié que les vidéos attribuées à Griveaux. Encore un mot pour boucler la boucle ? C'est sur le plateau de Hanouna, que Son-Forget a annoncé sa candidature à la présidentielle, le même Hanouna qui met en scène, désormais chaque soir, l'hypothèse de sa propre candidature à la présidentielle.

En comparaison de cette galerie de nouveaux monstres, les monstres du siècle dernier nous paraitraient presque familiers. Les Balkany sont des monstres familiers. Même cette photo, tiens, d'Isabelle attendant la libération de Patrick devant la Santé, est presque rassurante...

... et découvrir son contrechamp ne nous surprend pas, tant le feuilleton Balkany est une marchandise familière.

L'appétit des caméras pour les sagas Ghosn ou Balkany : nous savons à peu près penser cette marchandisation universelle. Nous comprenons pourquoi BFM et CNews marchandisent délinquance et délinquants (voir les meilleures séquences Balkany ici ou ici). Nous savons y repérer la main du marché. Les réseaux sociaux, eux, ont engendré des monstres mutants, mais la matrice économique n'est-elle pas la même ? -à l'heure où cette chronique est écrite, Twitter n'a toujours pas désactivé le compte de Joachim Son-Forget. Il est probable que la macronie n'est pas spécialement heureuse de se voir ainsi marchandisée jusque dans son intimité, elle qui prône la marchandise universelle. D'autant qu'il ne fait pas de doute que les télés des milliardaires vont faire vivre les aventures chaotiques des nouveaux monstres Son-Forget, Hanouna, ou Benalla  en feignant d'oublier la règle des 500 signatures de maires exigibles pour concourir à la présidentielle. Cette règle rend quasi-nulle leur probabilité de conversion dans le monde réel, mais qui se soucie du monde réel ?

Lire sur arretsurimages.net.