Loris Guémart, nouveau directeur pour "Arrêt sur images"

Daniel Schneidermann - Emmanuelle Walter - Loris Guémart - - La vie du site - 44 commentaires

Le mot de Daniel Schneidermann

Encore du changement ! Notre rédactrice en chef et directrice de la publication Emmanuelle Walter quitte l'équipe, pour aller diriger la rédaction d'une nouvelle émission quotidienne d'Arte, Le dessous des images. Elle sera présentée par Sonia Devillers qui reste présente quotidiennement sur France Inter – a dévoilé ce 29 août le journaliste de Télérama Richard Sénéjoux, nous soufflant au passage l'annonce du départ d'Emmanuelle. Pour la remplacer à ces deux fonctions, les salarié·es du site ont élu hier Loris Guémart, seul candidat, par six voix et deux bulletins blancs (soit le score quasi-soviétique de 75 % des inscrits, si je n'ai pas oublié ma règle de trois). Il sera assisté par Paul Aveline. Tous deux, la partante et l'entrant, vous disent un mot ci-dessous. Par ailleurs, Emmanuelle sera remplacée dans l'équipe par Marina Fabre Soundron, actuelle rédactrice en chef deNovethic, dont nous attendons l'arrivée, mi-septembre, avec impatience.

Pour être parfaitement sincère, c'est toujours avec une curiosité mêlée d'une vague appréhension que nous voyons apparaître un concurrent potentiel, comme aujourd'hui Le dessous des images. Le nouveau venu ne va-t-il pas être "trop" bon, trop pertinent, trop complet, au risque de banaliser Arrêt sur images ? Le risque existe, accru par le fait que les médias institutionnels disposent de moyens sans aucune proportion avec les nôtres, et il arrive régulièrement que nous nous mordions les doigts de ne pas avoir traité telle émission, tel article de presse, tel sujet, avant nos concurrents, et amis. 

Mais l'expérience enseigne que le champ est si vaste qu'il y a de la place pour tout le monde. Et puis, quinze ans après notre éviction de la télé institutionnelle, même si la "critique médias" donne aujourd'hui le sentiment d'être partout, notre site reste le seul media indépendant et professionnel, intégralement consacré à la déconstruction des récits médiatiques. J'ai bien dit : In-dé-pen-dant. Et croyez bien que l'équipe actuelle poussera jusqu'au bout les opportunités offertes par cette indépendance. Tout cela dit, meilleurs vœux à Emma, et chaleureux remerciements à elle pour le travail accompli en cette complexe phase de transition. DS.

Le mot d'Emmanuelle Walter

Chères et chers abonné·es, j'achève cette semaine ma deuxième "période ASI", entamée il y a exactement quatre ans, en septembre 2018 – la première a duré de 1997 à 2000, lorsqu'ASI était encore sur France 5 ! Jamais deux sans trois ? C'est Loris Guémart, rédacteur en chef adjoint, qui va prendre la direction de la publication et la rédaction en chef. La critique des médias coule dans ses veines : croyez bien qu'avec lui, la ligne éditoriale sera bien gardée. Après cet été apocalyptique, tant du côté du climat que de la géopolitique, c'est la mise à distance des récits et des images, et leur déconstruction, qui permet de prendre du souffle et de la hauteur. ASI est là pour ça. À celles et ceux qui hésitent à s'abonner, je dis allez-y, essayez ASI : non seulement vous y trouverez de la nourriture pour l'esprit, mais aussi une communauté d'internautes chaleureuse et exigeante, les asinautes, qui vont jusqu'à nous communiquer nos coquilles et fautes d'accord !

Depuis un an, l'équipe se réorganise de manière collégiale et coopérative tandis que Daniel se concentre désormais sur son travail éditorial, tout en continuant à participer aux prises de décisions importantes. Cette évolution est complexe mais passionnante, et va se poursuivre en 2022-2023. Vos encouragements et critiques en sont partie prenante : ASI a besoin de vous. Bon vent à toutes et tous, et surtout merci ! Emmanuelle Walter.

Le mot de Loris Guémart

Avant de travailler à ASI, j'en étais téléspectateur, puis abonné au site une fois Daniel éjecté du service public. Daniel qui n'est pas pour rien dans ma décision, il y a une bonne décennie, de devenir journaliste. C'est donc avec une fierté non feinte que j'en deviens aujourd'hui le rédacteur en chef, élu par la rédaction pour un an aux côtés de Paul Aveline. Mais je le fais surtout avec la volonté de poursuivre la transition entamée l'année dernière. Incluant entre autres la donation de la société à ses salarié·es par son fondateur, l'accent mis sur des enquêtes au long cours, la création de nouveaux formats vidéo et d'une émission sur Twitch, la relance prochaine de la Classe Télé, ou encore l'arrivée de nouvelles chroniques avec celles d'Élodie Safaris, de Constance Vilanova et de Vincent Manilève. Nous lançons dans les prochaines semaines une newsletter hebdomadaire sur les médias, et bien d'autres surprises sont au programme cette saison… même si le départ d'Emmanuelle nous contraint, pour l'instant, à suspendre le Club Indé.

Un objectif : qu'ASI reste le principal poil à gratter d'un milieu médiatique souvent conformiste et endogame, toujours si réticent à l'autocritique. Et donc vous permettre d'en observer les coulisses parfois peu reluisantes, autant que de mesurer l'étendue des menaces permanentes qui pèsent sur l'indépendance des journalistes - qu'elles proviennent des pouvoirs politiques, économiques, ou des oligarques propriétaires des grands médias. J'abandonne à regret, pour d'évidentes raisons, la fonction de médiateur que j'occupais depuis un an. Celle-ci sera maintenant tournante entre les journalistes d'ASI, toute la rédaction recevra ainsi les messages envoyés à l'adresse mediateur@arretsurimages.net. Mais je continuerai, tous les mardis, à répondre à vos messages dans notre émission en direct, Proxy. Passez le mot autour de vous, parrainez vos proches, offrez des contenus ou votez pour les rendre gratuits. Y compris les matinautes de Daniel, qui seront désormais réservés aux abonné·es sur le site web (mais restent librement consultables via sa newsletter quotidienne). ASI, plus que jamais, a besoin de ses abonné·es pour exercer en toute indépendance, sans publicité ni subvention. Loris Guémart.


Lire sur arretsurimages.net.