Dans l'Internet de Nabilla (1)

Klaire - - Publicité - Dans l'Internet de... - 53 commentaires

La starlette-chouquette aux 2 millions d'abonnés

Du léger. Après m‘être plongée corps et âme dans l’internet du réac-raciste assumé Henry de Lesquen, il me fallait du léger. Quoi de plus léger a priori qu’une starlette de la télé-réalité, icône de la diagonale du vide de la pensée, et paillasson d’une époque selon le propre ghostwriter de sa biographie ? Ça promettait d’être reposant. Alors ni une, ni deux: je me suis plongée dans l’internet de Nabilla.

LE NERF DE LA GUERRE.

Quand la notoriété de quelqu’un ne repose sur aucune compétence, ce n’est donc pas la compétence qu’on vend, mais la notoriété elle-même.

Partant de ce constat que j’estime plutôt super classieux– vous plaignez pas, l’autre jour, j’ai également constaté qu’entendre du Johnny à la radio me donnait systématiquement envie de boire des Bloody Mary, comme quoi, je sélectionne - partant de ce constat, donc, c’est sans grande surprise que je découvre en me plongeant dans les réseaux sociaux de Nabilla que la starlette profite surtout de son énorme audience (2 millions d’abonnés sur twitter, 1,8 sur instagram) pour faire de la pub pour des marques.

Notez deux trucs: d’une part, c’est assez logique, c’est bien beau d’être une v...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s