Semences paysannes : "Cash Investigation" face aux critiques

Manuel Vicuña - - Investigations - Alternatives - 41 commentaires

Cash Investigation (France 2) a été critiqué pour avoir donné la parole à l'association Kokopelli, qui résiste aux lobbys agro-industriels en vendant illégalement des semences paysannes. En cause ? Les positions antisémites et complotistes de son fondateur, mais aussi des pratiques commerciales et managériales épinglées par d'anciens employés. Cash répond aux critiques.

Il y a quelques semaines, Cash Investigation se penchait sur la mainmise des multinationales sur les semences agricoles ; nous vous parlions ici de la contre-offensive ratée d’un semencier contre l'émission. Dans cette enquête d’un peu plus d’une heure, l’émission consacrait une séquence de deux minutes à Kokopelli. Soit une association installée en Ariège, qui s’oppose depuis vingt ans à cette standardisation du vivant en vendant illégalement des semences libres de droits et reproductibles, issues de l’agriculture bio. "C’est illégal car ces semences paysannes ne sont pas inscrites au catalogue officiel. Un acte de résistance pour sauvegarder 2400 légumes rares", explique Cash dans son reportage qui rappelle que, depuis quinze an...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s