Club indé : "En face, ils sont organisés en réseaux"

La rédaction - - Nouveaux medias - Investigations - Financement des medias - 17 commentaires

Voir la vidéo

Télécharger la video

Télécharger la version audio

Le travail des médias indépendants pourrait-il donner un autre ton à la campagne électorale ? Et si on s'intéressait aux affaires entourant Alexis Kohler, le secrétaire général de l'Élysée poursuivi pour "prise illégale d’intérêts", "trafic d’influence" et "défaut de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique" du fait de ses relations trop étroites avec le transporteur maritime et croisiériste MSC ? Mediapart est à l'origine des différentes révélations sur Kohler (voir ici l'épais dossier) et l'équipe deOff Investigation, un nouveau média dirigé par Jean-Baptiste Rivoire, vient de réaliser un documentaire sur Kohler diffusé sur le site de Blast, le média fondé par Denis Robert. Nous recevons pour ce Club indé Yanis Mahmdi et Jean-Baptiste Rivoire (historique du journalisme d'investigation télé, déjà reçu sur notre plateau), qui ont réalisé cette Affaire K, et Mathias Enthoven, directeur des programmes de Blast

Il est aussi question dans ce Club indé de la manière dont les médias indépendants traitent le pass sanitaire. Plusieurs abonnés d'Arrêt sur images nous ont écrit leur déception que nous ne critiquions pas le dispositif ni le traitement des médias sur ce pass. Loris Guémart, notre médiateur, revient sur vos mails, et Emmanuelle Walter rappelle les différents articles d'ASI sur le pass et explique les choix de la rédaction. On parle aussi de l'appel à la transparence des relations financières entre les collectivités locales et les médias régionaux de Marsactu, le média indépendant marseillais, étonné qu'on ne puisse lui donner le montant du contrat qui lie la région PACA à l'animatrice Karine Le Marchand devenue son ambassadrice. Et on revient sur les campagnes de dons des médias indépendants (Blast, Politis, ASI) en cette fin d'année, et d'un événement particulier pour nous : la donation de l'entreprise Arrêt sur images à ses salariés par Daniel Schneidermann, jeudi 18 novembre. 

Voici trois extraits de l'émission : 

Peu d'investigation à la télé

Pour Jean-Baptiste Rivoire, qui a longtemps codirigé Spécial Investigation sur Canal +, il n'y a plus que France Télévisions pour accueillir le documentaire d'enquête. Mais paradoxalement, cette situation de monopole permet à France Télévisions de refuser les documentaires sans craindre que la concurrence ne s'en empare. Plus loin dans l'émission, on parlera de l'exception Complément d'enquête, une émission d'investigation de France 2 qui ne craint pas de gêner les gouvernements en place. 

S'organiser face aux pouvoirs 

Pour Mathias Enthoven de Blast, diffuser le documentaire de Off Investigation c'est coopérer entre médias indépendants pour faire face aux pouvoirs plus efficacement. "En face, ils sont organisés en réseaux. Le pouvoir, les puissances financières, les grands patrons [...] Nous à l'inverse, on veut créer un autre type de réseau : un réseau de résilience, de solidarité, d'indépendance, de résistance, parce qu'on pense qu'on n'y arrivera pas tout seuls." 

Pass sanitaire : une méfiance qui s'explique 

Certains de nos abonnés nous reprochent la manière dont nous avions traité le pass sanitaire, pas assez critique à leurs yeux. Pour Jean-Baptiste Rivoire, les mensonges de l'industrie pharmaceutique ces vingt dernières années (sur le Mediator, notamment). "On a tellement menti aux gens qu'à un moment donné ça crée de la méfiance, et maintenant on a un problème terrible, c'est que les gens ne veulent plus croire les labos [...] et comme les médias ont tardé à faire le boulot, il y a maintenant une méfiance à l'égard des médias." 

Pour aller plus loin :

- Les articles de Mediapartsur Alexis Kohler
- Le film L'Affaire K sur Blast
- La campagne de dons pour la série documentaire Emmanuel, un homme d'affaires à l'Élysée, lancée par Off Investigation
- La campagne de dons de Blast
- La campagne de dons de Politis
- L'appel à la transparence des relations financières entre les collectivités locales et les médias régionaux de Marsactu, auquel vous pouvez contribuer

Vous trouvez que chacun devrait pouvoir voir cette émission ? Nous aussi ! Pour nous aider à mettre un maximum de contenus en accès libre, pour nous permettre de maintenir des tarifs d'abonnement abordables, cette fin d'année est le bon moment pour nous soutenir par un don, défiscalisable à 66%.

'>

Soutenez l'indépendance d'Arrêt sur images

Vous trouvez que chacun devrait pouvoir voir cette émission ? Nous aussi ! Pour nous aider à mettre un maximum de contenus en accès libre, pour nous permettre de maintenir des tarifs d'abonnement abordables, cette fin d'année est le bon moment pour nous soutenir par un don, défiscalisable à 66%.



Lire sur arretsurimages.net.