Défendre Assange ? "Wikileaks, c'est les archives du peuple"

La rédaction - - 45 commentaires


Julian Assange sera-t-il extradé aux Etats-Unis. Le 24 février doit s'ouvrir le procès en extradition du fondateur de Wikileaks, notamment assisté par l'avocat Eric Dupond-Moretti. Cette procédure suscite en France des réactions partagées, entre le soutien à Wikileaks et l'embarras que suscite la personnalité de son fondateur. Faut-il soutenir Wikileaks malgré Assange, soutenir Assange malgré Assange, et peut-on dissocier Wikileaks d'Assange ? Questions posées aux deux auteurs de "Dans la tête de Julian Assange" (2020, Actes Sud) : Olivier Tesquet, journaliste à Télérama (numérique et surveillance) et Guillaume Ledit, ancien journaliste aujourd'hui directeur d'une entreprise de conseil en stratégies éditoriales.

Benjamin Griveaux, une "américanisation" de la vie politique ?

Avant de parler de Julian Assange, un détour par l'actualité. Ce 14 février, Benjamin Griveaux (LREM) a annoncé qu'il se retirait de la campagne des municipales pour Paris, après la diffusion sur un site internet et sur les réseaux sociaux de vidéos et photos à caractère sexuel, diffusée par l'artiste russe Piotr Pavlenski. Une mise en ligne retwittée rapidement par le député ex-LREM Joachim Son-Forget. Pour Guillaume Ledit, les réseaux sociaux "ne sont qu'un reflet" de la société actuelle, clivée par "deux camps qui s'affrontent" et de la disparition de "la moindre notion de vie privée". Olivier Tesquet rappelle de son côté que l'affaire peut s'apparenter à du "revenge porn", qu...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s