BFMTV et la reine : veillée funèbre pour l’info

Sherlock Com' - - Médias traditionnels - Plateau télé - 20 commentaires

C'est trop bête. On voulait tourner la page de la famille royale après notre première chronique sur Lady Di et voilà que la reine vient de nous lâcher à seulement 96 ans. Depuis l'annonce de son décès, Elizabeth II reçoit les hommages en continu de BFMTV. Duplex de jour comme de nuit, débats improbables, travelling sur la randonnée en cercueil, témoignages exclusifs de David Beckham et Jean-Pierre Raffarin : on a rarement vu un tel dispositif déployé sur la chaîne d'info. Des heures et des heures de direct, et une seule question : mais pourquoi tout ça ?

On n'a pas forcément prévu de faire une chronique sur chaque membre de la famille royale britannique pour ASI, ni de faire des piges pour Point de vue mais force est de constater que BFMTV a fait fort depuis une semaine.

Certes, dès l'annonce du décès d'Elizabeth II, on s'attendait à des duplex en direct de Buckingham sur les chaînes d'info.

On imaginait qu'il y aurait de longs tunnels de commentaires entre deux tirs de canon.

On se doutait qu'il y aurait des débats sur les bienfaits de la royauté sur CNews.

Bah oui, c'est vrai quoi : "Aujourd'hui, comme en France on est dans un pays fracturé, qui ne sait plus s'unir d'une certaine manière, on regarde cela avec une forme d'envie parfois [et on se dit] que finalement, cette permanence de la monarchie est intéressante". (Praud). Bah oui, c'est vrai quoi : "Il y a quelque chose dans la monarchie qui nous manque et dont je pense qu'on a tous, inconsciemment, la nostalgie" (Lejeune, Valeurs Actuelles).

On s'attendait à tout ça. Mais depuis une semaine, BFMTV est entrée dans une autre dimension. De mémoire de chroniqueur, on n'a jamais vu ça. Alors prenez une petite tasse de thé, installez-vous bien confortablement dans votre rocking chair, c'est parti…

Les aventures de Cédric

8h03 sur BFMTV, on retrouve Cédric, en direct d'Edimbourg. 

Une heure plus tard (9 h 15 sur BFMTV)…

9 h 45. Cédric, toujours rien ?

Journaliste de duplex, c'est un métier de patience. Ce lundi 12 septembre, à Edimbourg, on ne verra jamais Cédric avec le cercueil. Deux jours plus tard, direction Londres.

Il est 6h du matin sur BFMTV. Et devinez qui attend le cercueil ?

Et toujours le même sketch…

Ce jeu de cache-cache avec le cercueil est l'un des fils rouges de BFMTV. L'attente fait partie intégrante de l'info en continu. Il ne se passe rien, mais faut tenir l'antenne. Et espérer voir le cercueil.

Le 14 septembre, pour ne pas le rater, la chaîne a envoyé des renforts à Cédric : Laura, Anne-Laure et Léopold ont été postés chacun sur un trottoir différent.

Et pour être certain de voir la reine (enfin, son cercueil), Ashley, une autre copine de Cédric, a carrément fait la queue à Westminster Hall. Les caméras de BFMTV n'ont rien raté : la journaliste (à gauche) débriefe son propre parcours (à droite).

Du journalisme embedded, analysé ainsi par l'intéressée : "Je peux vous dire que j'ai beaucoup attendu pour vivre ce moment. Je suis arrivée à l'heure du petit déjeuner et je suis repartie à l'heure du thé. 6h d'attente." Bel exploit. Et techniquement, comment a-t-elle fait ? "Dans cette file d'attente, on marche en permanence, un petit peu comme sur un tapis roulant (sic) et on a un peu le sentiment de se promener dans Londres."

Et après 6 h de marche, tadaaaam ! La journaliste approche enfin du cercueil ! La preuve en image (suivez la flèche rouge rajoutée par la chaîne) :

Tenir l'antenne, quoi qu'il en coûte

Pour BFMTV, qui privilégie le direct à tout autre chose (genre, donner des infos), tout est bon à diffuser. Charles III s'est rendu en voiture à l'aéroport ? C'est 10 minutes non-stop à l'antenne ponctuées de commentaires bien sentis : "Vous voyez la circulation est fluide, il évolue doucement dans les rues de Londres", "Le cortège du roi respecte les limitations de vitesse, il est au milieu de la circulation".

L'avion de Charles III tarde à décoller ? A l'antenne, la séquence dure 25 minutes sans interruption. Pas grave, BFMTV a un expert aéronautique sur le plateau : "C'est un petit avion, c'est pas un énorme appareil".

Entre les duplex et les cérémonies, BFMTV n'oublie pas le décryptage en répondant aux questions que tout le monde se pose…

La chaîne a également eu des invités de premier plan. BFMTV a par exemple diffusé le témoignage exclusif du journaliste qui a annoncé la mort de la reine sur… CNN.

La chaîne a également retrouvé le chanteur qui a enregistré "la première version de God Save The King"Et qui dit chanteur, dit chant…

D'autres témoins clés se sont succédé en plateau ces derniers jours. Parmi eux, un intime de la reine

Enfin intime, il l'a croisée une fois en 2004. Suffisamment pour savoir que "c'était une personne exceptionnelle", "accessible", "sincère". "Comme disent les jeunes aujourd'hui, elle calcule les autres, ce qui donne un sentiment de sincérité et au fond de simplicité".

Sinon, vous savez quoi ?

Oui, BFMTV est allé chercher Anne-Aymone Giscard d'Estaing (89 ans). Et on les comprend, c'est aussi une intime : elle a déjeuné avec la reine en 1979, lors d'une visite officielle. Autant dire que c'était hier. L'occasion pour les journalistes de lui demander des précisions sur ce déjeuner qui date de plus de 40 ans : "Est-ce qu'on pouvait avoir une conversation normale avec la reine ?"  (spoil : oui). 

Pour le reste, Anne-Aymone se souvient de pas grand chose. Et ce malgré les relances du nouveau petit stagiaire de BFMTV, Alain Duhamel  : "Est-ce que vous vous rappelez ce qu'en échange [du labrador], le président avait apporté à la reine Elizabeth comme cadeau ?" (réponse : non).

 Mais "priorité au direct" : "Vous voyez le cercueil entouré de quatre archers d'Ecosse avec la couronne du royaume d'Ecosse posée sur le cercueil", annonce le journaliste de BFMTV.

Et dehors ? "Priorité au direct" : "On voit les images de cette longue file d'attente dont l'accès a été stoppé parce que c'était beaucoup trop long".

Passement de jambe de Beckham

Dans cette longue file d'attente justement, un invité surprise apparaît à 16 h 15. Laura, vous êtes en direct : "Oui, David Beckham fait la queue comme le commun des mortels". Mais non, Beckham ? Le footballeur ?

"Il devrait sortir de Westminster Hall d'ici quelques minutes", s'avance Laura. "On compte sur vous pour l'arrêter à ce moment-là", encourage une journaliste en plateau. Sauf que personne n'arrête Beckham. Pendant 10 minutes (sans compter les arrêts de jeu), BFMTV va suivre son avancée.

Belle performance. Car rendez-vous compte, il a réussi à rentrer vers 16 h après avoir commencé à faire la queue vers 3 h du matin. Ce qui fait

14 h, vraiment ? On demande l'avis de l'arbitre de touche. 16-3, ça fait plutôt…

Une fois sorti du terrain, Beckham a fait cette déclaration "à BFMTV"

Enfin, c'est une déclaration "à BFMTV" et aux 12 caméras qui étaient devant :

Cour dur pour les sponsors

Dernière astuce pour tenir 10 jours d'antenne endeuillée, multiplier les plateaux et les sujets de discussion. Certains sont très tendus. Par exemple, "Meghan et Harry sont furieux" car leurs enfants n'auront pas le titre d'altesse royale (véridique).

D'autres sujets sont plus inattendus. 

Oui, certaines marques, partenaires de la famille royale, vont devoir retirer les insignes royaux présents sur leur logo. 

Le thé Twinings est également concerné.

Le vide, un modèle économique rentable

Le traitement en continu des obsèques de la reine Elizabeth II, c'est le cœur du modèle de BFMTV. Il ne se passe rien mais il y a toujours quelque chose à filmer, un passant à interroger, un témoin bidon à cuisiner, des envoyés spéciaux à envoyer (tout est calé depuis des années, c'est pratique). Des heures d'antenne faciles, pas chères (beaucoup d'images sont fournies par les Anglais). C'est ça, le modèle économique de BFMTV, une chaîne d'info qui sert de fond d'écran dans les bars et dans les foyers… 

Et ça marche : la chaîne affiche de belles audiences (3e chaîne de France mercredi 14 septembre). Ça marche tellement bien que la chaîne n'hésite plus à rediffuser un même documentaire deux soirs de suite. Jeudi 15 septembre, à 21 h 30, c'était "Camilla, la revanche d'une reine". Et le lendemain, même heure, même doc.

Un bon business qui peut se décliner à l'infini. Oui, chez BFMTV, ils se sont dit que ça ne suffisait pas ces heures de direct à la télé, ils ont prolongé l'expérience avec deux nouveaux podcasts à télécharger : 

Pour terminer en beauté, le jour des obsèques, BFMTV a même prévu de frapper encore plus fort : "16 h 30 d'émissions délocalisées" ce lundi 19 septembre. Et puisque BFMTV ne se cache pas de faire de l'info-spectacle, ça méritait bien une bande-annonce de film : 

Lire sur arretsurimages.net.