Un voyage dans les musiques de films

Rafik Djoumi - - Ciné, séries & docus - Culture blockbusters - 268 commentaires

I) Grandeur et décadence de l'empire austro-hongrois

La mort du compositeur anglais John Barry est l'occasion de rappeler le rôle prépondérant de la musique dans le souvenir cinématographique (exemple de James Bond, évoqué par une simple signature musicale). Et si toutes les musiques imaginables ont été utilisées au cinéma, tous les styles n'y sont pas égaux. Formé au Jazz et à la Pop, John Barry a dû, comme beaucoup d'autres, suivre des règles instituées par la musique symphonique d’inspiration austro-hongroise qui, 80 ans après son arrivée à Hollywood, continue de fournir les bases quasi-incontournables du genre.

"Ta tiin ta tiin tada dada wiii…" Souvenez-vous. C'est ce que vous chantiez au square et dans la cour de récré, à cheval sur votre bout de bois ou sautant d’un muret, entre deux onomatopées censées figurer un coup de feu ou un pistolet laser. Et des années plus tard, lors d’un baiser fougueux, une nappe de violons vous avait discrètement chuchoté à l’esprit "da doouu dou diii doumm". A la façon d’un Monsieur Jourdain, vous faisiez alors du Korngold ou du Steiner sans le savoir.

La présence d'une musique, soutenant l’action et les sentiments, s’est imposée comme une évidence via le cinéma populaire du X...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s