Polanski dans Match : l'art de la fausse question qui fâche

La rédaction - - Avec style - 61 commentaires

L'interview faussement offensive est un art. Comment, face à un Roman Polanski,  aux prises avec de nombreuses accusations de viol, poser apparemment les questions qui fâchent, tout en ne fâchant pas ?  Entremêlement de ces accusations avec d'autres thèmes dans la formulation, questions contenant leur propre réponse, savant choix de photos. Démonstration par l'interview de Polanski par Paris-Match.

En contrepoint de la parole de Polanski, Match cite aussi les paroles d'une de ses accusatrices, la Française Valentine Monnier. Parole contre parole ? Pas vraiment, selon notre stylisticienne. Indicatif contre conditionnel, examinons bien les modes grammaticaux utilisés pour les deux retranscriptions.


...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s