La Commune et sa presse (2) : père et mère Duchesne

Mathilde Larrère - - Pédagogie & éducation - Arrêts sur histoire - 17 commentaires

Voici donc, le 28 mars 1871, la Commune maîtresse de Paris. Les journaux interdits par le gouvernement reparaissent bien entendu. Parmi les nouveaux titres, la mythologie de 89 est présente : Le Père Duchesne (70 000 exemplaires par jour), mais aussi le Fils du père Duchesne, La mère Duchesne, ou encore L'Ami du peuple (comme le journal de Marat sous la Révolution), ou encore L'Ordre. Le calendrier révolutionnaire est présent. Le féminisme est présent, en la personne d'André Léo, de son vrai nom Victoire Léodile Béra.

Et les autres ? Et les journaux d'opposition ?  Le Figaro et le Gaulois, envahis et mis à sac par les insurgés, fuient à Versailles avec leurs presses. Mais continuent d'être mis en vente à paraître à Paris. Non sans confl...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s