Présidentielle : de l'absurdité du sondage précoce

Laura Raim - - Coups de com' - 38 commentaires

Publiée dimanche 3 novembre, une étude IFOP pour le JDD montre que l'écart se réduit entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen en cas de duel au second tour de la présidentielle de...2022. Un sondage deux ans et demi avant l'élection présidentielle a-t-il un sens? Le Pen et Royal au deuxième tour, DSK et Juppé plombés : flashback sur des épisodes que les sondages n'avaient pas anticipés.

Il n'est jamais trop tôt pour commander un sondage - et jouer à se faire peur. "Entre Macron et Le Pen, ça se resserre", titre le Journal du dimanche du 3 novembre 2019. Au second tour de l'élection de 2022, le président sortant - élu en 2017 avec 66% des voix - ne recueillerait que 55 % des intentions de vote, contre 45 % pour la cheffe du Rassemblement national, selon l'IFOP. "Cela sonne comme un avertissement pour ceux qui considèrent qu'en 2022 ce serait automatiquement gagné pour le président sortant face à Marine Le Pen", analyse Frédéric Dabi, de l'IFOP. Mais à part introduire le plus précocement possible l'idée d'un nécessaire "vote utile" pour "faire barrage au pire", à quoi peuvent bien servir des chiffres à deux ans et demi du sc...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s