Non, le dernier rapport du GIEC n'est pas "pro-OGM"

Justine Brabant - Tony Le Pennec - - Pédagogie & éducation - 34 commentaires

"Le dernier rapport du GIEC est pro-OGM, mais les médias, par idéologie écolo, ne le disent pas" : c'est, en substance, la critique adressée par de nombreux internautes sur les réseaux sociaux ces dernières semaines, "extraits" du rapport à l'appui. Le journal L'Opinion s'est empressé, à leur suite, de dénoncer "le dogme anti-OGM" qui règnerait en France. Une interprétation abusive, assure l'un des experts français du GIEC, Jean-François Soussana, qui estime que "les implications, y compris éthiques" de l'édition de gènes "ne sont pas encore assez connues".

Le GIEC est pro-nucléaire (en tout cas, il semblerait), le GIEC recommande un régime végétarien (en fait non), le GIEC veut sauver les forêts, le GIEC recommande que nous réformions notre système économique... C'est devenu une sorte de tradition : à chaque sortie d'un nouveau rapport du groupe d'experts sur l'évolution du climat, une foule de commentateurs se presse autour du (gros) bébé et tente de transformer l'amas retors d'équations et de phrases ampoulées en conclusions définitives. Et comme les rapports du GIEC passent en revue à peu près toutes les solutions possibles pour lutter contre le réchauffement climatique - de l'agro-foresterie à une meilleure gestion des déchets alimentaires en passant par l'utilisation de céréales vivaces ...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s