Medias : comment accueillir le "radicalisé" Piketty ?

Laura Raim - - 169 commentaires

Evénement éditorial de la rentrée, "Capital et idéologie" de Thomas Piketty esquisse des pistes pour "dépasser la propriété privée". Une perspective qui n'est pas du goût des grands médias, pourtant obligés de parler de l'ouvrage de "l'économiste français le plus célèbre du monde".

Taxer les riches à 90%, ce n’est pas très raisonnable dans une "start-up nation", c’est même franchement populiste. Problème : que faire lorsque celui qui prône un tel affront envers les "premiers de cordée" ne s’appelle pas Jean-Luc Mélenchon mais Thomas Piketty, directeur d’études à l’EHESS et professeur à l’Ecole d’économie de Paris ? Non seulement l'économiste est sérieux, mais en plus il a du succès. Son Capital au XXIe siècle a été vendu à 2,5 millions d’exemplaires et traduit dans plus de 40 langues, rappellent systématiquement, en guise d’introduction, les journalistes qui l'accueillent. "Un exploit rarissime pour un essai – et pour un auteur français", signale L’Opinion

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s