Le suicide public (et différé) de Jacqueline Jencquel

Loris Guémart - - Déontologie - Coups de com' - 24 commentaires

Elle s'en irait volontairement en janvier 2020, annonçait en 2018 dans de nombreux médias une militante du droit à mourir. Mais Jacqueline Jencquel a repoussé plusieurs fois son suicide assisté, et fait désormais la promo de son livre. Des journalistes relaient, sans s'attarder sur ses reports successifs. Un personnage public peut-il encore librement décider de mourir ?

C'est l'histoire étrange et dérangeante d'une septuagénaire, militante du droit de mourir dans la dignité et qui, victime du succès médiatique de son message, choisit de différer son départ. Et des médias qui l'interrogent. Comment interviewer Jacqueline Jencquel, 76 ans, en promotion pour un livre où elle défend le droit à mourir à partir de 75 ans ? "Je me donne encore un an et six mois", annonçait-elle en juillet 2018. Délai dépassé.  

"Vous serez morte dans un mois", lance aujourd'hui le journaliste de BFMTV, qui consacre près de 7 minutes d'interview à cette militante active de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) –c'est Jencquel elle-même, qui a annoncé dans Terminer en beauté, publié le 25 juin,...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s