Le récit intime, nouveau jackpot pour l'Obs et le Monde

Emmanuelle Walter - - Médias traditionnels - Numérique & datas - Financement des medias - 15 commentaires

Un récit d'adultère a rapporté 1000 abonnements au quotidien du soir

"S'aimer comme on se quitte" au Monde, "Ruptures et métamorphoses" à l'Obs... Les séries de témoignages à la première personne, rédigés comme des romans miniature, cartonnent sur le web. Nous avons interviewé journalistes, patrons des abonnements, rédacteurs en chef... Voici comment l'intime s'est fait une place dans ces deux journaux emblématiques, au point de devenir un recruteur d'abonnés considérable.

Et soudain s'est affichée, sur notre mur Facebook, l'une des chroniques de la série du Monde"S'aimer comme on se quitte", démarrée en janvier 2018, dont chaque épisode débute ainsi  : "Deux jours dans la vie des amoureux. Le premier parce que tout s’y joue, le dernier parce que tout s’y perd. A chacun de deviner ce qui s’est passé entre-temps." Suivent les témoignages, à la première personne, de "Françoise, 72 ans", "Marion, 35 ans", ou encore " Vincent, 33 ans". Avons-nous ressenti de l'effarement, un choc culturel, éprouvé une sorte de dissonance cognitive? Quelque chose de cet ordre, avec un soupçon d'indignation peut-être, sur le mode "Voyons, pas le Monde". Plus tard, nous avons lu ces petits bijoux romanesques de proxi...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s