L'arrestation d'Assange dans la presse équatorienne : "L'adieu à un invité gênant"

Manuel Vicuña - - 5 commentaires

En Equateur, l’ex-président Rafael Correa qui avait accordé l’asile à Julian Assange en 2012, dénonce la décision de son successeur de mettre fin à sa protection diplomatique. Ce dernier, Lenin Moreno peut compter sur la presse de son pays pour soutenir sa décision.

Après près de sept ans de protection diplomatique, l’Equateur a donc lâché Julian Assange. L’arrestation ce 11 avril par la police britannique du fondateur de Wikileaks, réfugié au sein de l’ambassade d’Equateur à Londres depuis 2012, fait sans surprise la Une de la presse équatorienne. "L’adieu à un invité gênant" titre le quotidien La Hora ce vendredi quand, de son côté, El Telegrafo salue un gouvernement équatorien qui en retiran à Assange son asile a "revendiqué son autorité".

Sur Twitter, l’ancien président équatorien Rafael Correa, qui avait offert l’asile à Assange en 2012, n’a pas tardé à dénoncer la décision prise par son ex-vice-président et...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s