L'Amazonie brûle, les télés françaises regardent ailleurs

Tony Le Pennec - - Silences & censures - 9 commentaires

Les incendies qui ravagent l'Amazonie depuis mi-août ont commencé à être traités médiatiquement quand la ville de Sao Paulo a été plongée dans le noir par les fumées, mercredi 21 août. Des incendies qui sont la conséquence la plus directe et la plus visible de la politique du président Bolsonaro, qui se lave ouvertement les mains des problématiques environnementales depuis son élection, en janvier 2019.

La plus grande forêt du monde est en feu. Les foyers se multiplient dans la forêt amazonienne brésilienne, au point que le meilleur moyen de réaliser l'ampleur des zones touchées consiste à regarder des images satellite. Depuis le début de l'année, plus de 70 000 départs de feu ont été recensés au Brésil, contre moins de 40 000 durant la même période l'année dernière. Et la situation s'aggrave, avec 9500 départs de feu entre jeudi 15 août et mercredi 21, selon l'Institut national de recherche spatiale du Brésil (INPE). Mercredi 21 août, cette situation catastrophique s'est matérialisée très concrètement pour les habitants de São Paulo, la plus grande ville du Brésil. La fumée provenant des incendies est venue obscurcir le cie...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s