La Commission nationale du débat public, un pistolet sans munitions?

Tony Le Pennec - - 9 commentaires

Chantal Jouanno a renoncé à piloter le grand débat national décidé par le gouvernement pour répondre à la crise des Gilets jaunes. Mais ne démissionne pas de la Commission nationale du débat public (CNDP), qu'elle préside. Une commission peu connue, qui peut forcer les maîtres d'oeuvre à écouter les citoyens concernés... mais pas à tenir compte de leurs réflexions.

C'est l'une de ces instances grises et muettes, sous-médiatisées, absentes de la conversation nationale. Et voilà que la Commission nationale du débat public (CNDP) s'est retrouvée d'un seul coup sur le devant de la scène. Sa présidente, Chantal Jouanno, devait piloter le fameux "grand débat national" consécutif à la crise des Gilets jaunes. Mais Jouanno a décidé, mardi 8 janvier, de se retirer du pilotage du grand débat, pourtant prévu par le gouvernement à partir du 15 janvier prochain. En cause, la révélation de son salaire par la lettre A, lundi 7 janvier : 14 700 euros brut mensuels. Un revenu "pas très Gilets jaunes", ironise le journal en ligneLa CNDP fait partie des Autorités administratives indépendantes, aux ...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s