Humanitaire et harcèlement : le dossier Baraka / Sihamedi

Thibault Prévost - Paul Aveline - - 42 commentaires

L'ONG humanitaire musulmane, que Gérald Darmanin souhaite dissoudre de toute urgence, est dans le viseur des autorités depuis 2015. Quant à son président et fondateur Idriss Sihamedi, qui nie tout fondamentalisme, il est aux prises avec la justice dans deux affaires de harcèlement en ligne.

Qui est Idriss Sihamedi? Musulman "normal", prédicateur fondamentaliste? Tout dépend à qui l'on pose la question. Driss Yemmou -son patronyme à l’état civil- arrive sur le devant de la scène début 2016, quand Moussa Ibn Yacoub, alors membre de l’ONG Baraka City, est arrêté puis emprisonné pendant 7 mois au Bangladesh. Alors que la diplomatie française tente de faire libérer l’humanitaire, une interview d’Idriss Sihamedi crée le malaise. Le 25 janvier 2016, sur le plateau du Supplément de Canal+, face à Ali Baddou, Valentine Oberti, Azzeddine Ahmed-Chaouch et en présence de Najat Vallaud-Belkacem (alors ministre de l’Éducation nationale), Idriss Sihamedi est interrogé sur sa vision de la religion. Le président de Baraka City répond qu’il se ...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s