Boycott de la Coupe du monde au Qatar : le double jeu des médias

Marina Fabre Soundron - Pauline Berger - - 28 commentaires

En boycottant la Coupe du monde de football masculin, le "Quotidien", quotidien régional de la Réunion, a mis les médias face à leur contradiction. Peuvent-ils encore couvrir le Mondial sans se rendre complices des atteintes aux droits humains et environnementaux qui y sont perpétrées ? Une question qui concerne particulièrement les quelques rédactions signataires de la toute fraîche Charte pour un journalisme à la hauteur de l'urgence écologique.

"Sans nous". C'est avec ces deux mots que le Quotidien de la Réunion a annoncé qu'il boycotterait la Coupe du monde de football masculin lancée le 20 novembre prochain. "C'est la première fois en France qu'un média annonce boycotter cet événement majeur de la planète foot", écrit l'AFP dans une dépêche reprise par la plupart des journaux nationaux. C'est dire l'engouement qu'a suscité la décision de ce quotidien tiré à 17 000 exemplaires. "On pensait avoir une réaction des journaux locaux mais pas ce retentissement médiatique", explique à Arrêt sur images Kevin Bulard, rédacteur en chef du Quotidien

Le chef du servi...

Lire sur arretsurimages.net.

Cet article est réservé aux abonné.e.s